Critique - Fire Emblem : Fates

par Mario J. Ramos

Fire Emblem : Fates
Développé par Intelligent Systems, Nintendo Software Planning and Development
Publié par Nintendo
Pour adolescents


https://youtu.be/vcNSOucZduE

Cette critique contient des divulgâcheurs mineurs.


J’ai découvert la franchise Fire Emblem avec le précédent chapitre de la saga, Awakening, également sorti sur Nintendo 3DS, et j’en suis immédiatement tombé amoureux.


J’attendais donc avec impatience de mettre ma main sur Fates, qui constitue en fait deux jeux séparés, Conquest et Birthright, plus une troisième campagne, Revelation, disponible en copie physique seulement dans l’édition collectionneur, sinon en version numérique sur le eShop.


Dans tous les cas, on y incarne Corrin, qui peut être autant un homme qu’une femme, selon notre préférence. C’est le jour de la femme, alors je vais lui faire référence en tant que femme dans cette critique!


Corrin est née dans le royaume de Hoshido, mais ayant été kidnappée à une très jeune âge par le roi de Nohr, le royaume voisin et ennemi de Hoshido, elle a grandi parmi les princes et princesses de Nohr comme une des leurs. Ayant été élevée en réclusion, elle n’a aucune mémoire de sa famille Hoshido et peu de connaissance du monde à l’extérieur des murs du château.


http://retronouveau.s3.amazonaws.com/media/2016/03/3004669-fireemblem_scrn_005.jpg">http://retronouveau.s3.amazonaws.com/media/2016/03/3004669-fireemblem_scrn_005.jpg" alt="3004669-fireemblem_scrn_005" width="1297" height="730" />


Ayant atteint sa maturité, Corrin peut finalement sortir et accompagner ses frères et soeurs en mission. Ce n’est pas long qu’une confrontation avec des membres de la famille royale de Hoshido fait en sorte que Corrin se retrouve finalement dans sa vraie famille, où elle découvre son véritable héritage. Elle apprend que son royaume adoptif, Nohr, est reconnu pour être des conquérants plutôt cruels et que les royaumes voisins, dont Hoshido, doivent se défendre constamment des agressions non-provoquées de Nohr.


Lors d’une nouvelle confrontation entre Nohr et Hoshido, Corrin se retrouve encore au milieu du conflit et doit choisir entre retourner dans sa famille adoptive, malgré leur réputation, ou faire campagne aux côtés de sa famille biologique contre le roi Garon, son père adoptif et cruel roi de Nohr.


C’est là que l’histoire se divise. Si vous possédez la version Conquest, Corrin choisit Nohr, si vous possédez Birthright, Corrin choisit Hoshido. De la façon que le narratif a été construit, Nintendo s’attend à ce que les joueurs jouent les deux campagnes avant de jouer la troisième, Revelation, où Corrin choisie finalement sa propre voie.


Conquest offre des missions avec un niveau de difficulté plus élevé et une histoire plus complexe alors que Corrin se retrouve devant des impasses morales en essayant de changer les habitudes violentes et conquérantes du royaume de Nohr. Si vous êtes nouveaux à la franchise Fire Emblem, il est conseillé de commencer avec Birthright.


http://retronouveau.s3.amazonaws.com/media/2016/03/3007516-fireemblem_scrn_007.jpg">http://retronouveau.s3.amazonaws.com/media/2016/03/3007516-fireemblem_scrn_007.jpg" alt="3007516-fireemblem_scrn_007" width="1297" height="730" />


Au niveau de la jouabilité, il s’agit d’un jeu de rôle et de stratégie en tour par tour. Sur des cartes en vue isométrique, il est question de bouger, défendre et attaquer stratégiquement pour atteindre son objectif, qui consiste généralement en détruire tous les ennemis ou détruire un boss.


C’est aussi un jeu de rôle et ceci se sent particulièrement dans le fait que nos unités ne sont pas génériques, mais bien des personnages avec des personnalités uniques. On peut faire progresser ces personnages en les faisant combattre pour augmenter leur niveau, améliorer leur équipement, ainsi que changer leur classe pour une classe plus avancée.


Ce qui fait l’unicité de Fire Emblem, c’est les relations et affinités qu’on peut développer entre les personnages. Il est possible de faire avancer la relation de Corrin avec un autre personnage jusqu’à ce qu’ils soit amoureux et se marrient (avec le sexe opposé ou le même sexe). Les affinités qui se développent entre les personnages est plus qu’un mini-jeu, ça l’a un impact drastique sur les stratégies et choix des personnages sur le champ de bataille, car il est possible de jumeler les unités deux par deux pour une stratégie plus défensive. Les personnages donnent leur support sous forme de bonus d’attaque ou de défense éphémères aux personnages auxquels ils sont jumelés ou juxtaposés sur le champ de bataille. C’est important de comprendre et maîtriser cet aspect du jeu, car ça fera la différence entre la victoire et la défaite.


http://retronouveau.s3.amazonaws.com/media/2016/03/how-the-fire-emblem-fates-gameplay-differs-between-birthright-conquest-fire-emblem-awak-752211.jpg">http://retronouveau.s3.amazonaws.com/media/2016/03/how-the-fire-emblem-fates-gameplay-differs-between-birthright-conquest-fire-emblem-awak-752211.jpg" alt="how-the-fire-emblem-fates-gameplay-differs-between-birthright-conquest-fire-emblem-awak-752211" width="1433" height="730" />


Bien que les batailles se déroulent sur une carte où on voit nos unités en 2D, la caméra zoom et met en scène chaque confrontation en 3D. Les animations peuvent devenir redondantes, mais elles peuvent être accélérées ou carrément sautées. Contrairement à Awakening, la confrontation en 3D ne se déroule pas dans un décor générique, mais bien un décor qui recrée le lieu où se situe les personnages dans la carte, ce qui rend les transitions plus organiques.


Entre les niveaux, le joueur développe un village entre les murs d’un château, où il peut rencontrer et discuter avec les différents personnages constituants son armée, développer leurs relations, acheter de l’équipement et autres items nécessaires, ainsi que “customiser” de façon plus esthétiques son armée. La fonction Streetpass permet de rencontrer les “Corrins” des autres joueurs, d’attaquer leur village ou se défendre le sien contre leur armée.


http://retronouveau.s3.amazonaws.com/media/2016/03/3DS_FireEmblemFates_scrn10_E3-1152x691.jpg">http://retronouveau.s3.amazonaws.com/media/2016/03/3DS_FireEmblemFates_scrn10_E3-1152x691.jpg" alt="3DS_FireEmblemFates_scrn10_E3-1152x691" width="1217" height="730" />


La seule ombre au tableau est malheureusement comment certains personnages féminins sont dépeints. Par exemple, mon Corrin est marié à un personnage féminin qui, lors d’interactions privées qui visent à faire progresser leur relation, s’exclame parfois “I love you so much I would even learn how to cook for you!” Aussi, pendant ces interactions, le joueur a la possibilité de baisser le regard de la caméra pour fixer la poitrine du personnage. Ceci n’est pas surprenant dans un jeu de rôle japonais, mais tout de même dommage.


Fire Emblem possède tout ce qu’il faut pour tenir le joueur occupé longtemps : une jouabilité amusante et solide avec des éléments qui la rendent unique, une histoire prenante avec des personnages attachants, trois longues campagnes qui ont toute une grande valeur de rejouabilité. Le tout est accompagnée de magnifiques cinématiques et une trame sonore envoûtante. Fates est un must pour votre 3DS.


http://retronouveau.s3.amazonaws.com/media/2015/02/rn4_5etoiles.gif">http://retronouveau.s3.amazonaws.com/media/2015/02/rn4_5etoiles.gif" alt="rn4_5etoiles" width="730" height="54" />


Points positifs
+ Histoire prenante
+ Beaucoup de contenu
+ Énorme rejouabilité
+ Superbes cinématiques et musique


Points négatifs
- Certains éléments sexistes